Impressum - Tous droits réservés © 2017



Historique du village

Alle aurait été le premier village d’Ajoie à avoir son nom cité dans des actes officiels. La première mention longtemps admise et reprise par plusieurs publications fait état de la date du 15 juin 797. A cette époque, Angelram, évêque de Metz, aurait confirmé la donation faite par Wascon, abbé de Saint-Avold en Lorraine, au comte Wolmerus avoué du couvent, de différentes propriétés. Parmi les villages concédés au noble comte figure Alle appelé Walo, situé, dit l’acte, près du château de Morimont. Cette affirmation est toutefois contredite par Gérard Munch, historien français, grand spécialiste de l’histoire du Sundgau et de Morimont.

 

D’après les découvertes, le vieux village devait s’étendre dans les temps très anciens sur le premier vallonnement au nord-ouest de l’église actuelle, à savoir dans le quartier appelé de nos jours “La Côte d’Evay“. Par la suite, le village “descendit“ en plusieurs étapes au pied du coteau pour s’établir au bord de l’Allaine, rivière qui le traverse en entier et dont il tire son nom. L’abbaye de Moutier-Grandval possédait à Alle “Apud Allam“ un domaine dont la propriété lui fut confirmée par les papes Eugène III en 1148 et Alexandre III en 1179.

Moyen Âge

Au Moyen Âge, Alle appartient au Duché de Ferrette, puis au Comté de Montbéliard, avant de revenir au premier nommé. Comme l’ensemble de la région, Alle finit par devenir la propriété des princes-évêques de Bâle. Durant le haut Moyen Âge fut érigé, sur les hauteurs dominant le bourg, un château habité par la famille d’Alle dont le nom figure dans de nombreux écrits datés des XIIe et XIIIe siècles. On a ainsi découvert dans l’acte de fondation du monastère de Lucelle (1136) les noms d’Henri et Bourcart d’Alle. Les derniers descendants de la famille d’Alle, dont la Commune adopta les armoiries, disparurent à la fin du XIVe siècle. Quant à leur château, il fut probablement détruit durant les guerres de Bourgogne. Un second château fut construit par la suite dans le bourg central. En 1689, Colin de Valoreille occupait l’édifice. Les de Valoreille allaient disparaître en 1793 avec la fin du régime des princes-évêques. Pendant la guerre de Trente Ans, le village d’Alle fut en grande partie incendié par les Suédois.

 

L'époque des Princes-Evêques

Durant les troubles qui agitèrent la région de 1730 à 1740, Alle prit une part active en servant de lieu de ralliement à des paysans révoltés contre les prince-évêques. Jusqu’en 1793, Alle fut le chef-lieu de la mairie du même nom qui regroupait les villages et les hameaux d’Alle, Asuel, Charmoille, Cornol, Courgenay, Villars-sur-Fontenais, Fregiécourt, Miécourt, Pleujouse, La Motte, Montvouhay et Valbert. Fortement agricole durant le XIXe siècle, la Commune vit s’implanter sur son sol ses premières entreprises horlogères et textiles au début du XXe siècle. Après la crise des années trente qui frappa durement la région, l’activité industrielle se diversifia peu à peu avec l’établissement d’une filature de laine peignée.

Depuis 1900

L’après-guerre marqua une nouvelle phase de développement avec la création de manufactures de boîtes de montre et d’ateliers d’horlogerie. La coopérative agricole Centre Ajoie a été fondée en 1964. Le remaniement parcellaire, oeuvre de la fin du XXe siècle, constitue une réalisation importante.


En 1989, sous l’impulsion du Conseil communal, la création d’une zone industrielle est réalisée. La première implantation s’est faite en 1990. Un développement réjouissant s’est concrétisé en 2002. Une nouvelle expansion a vu le jour en 2006, avec la construction de deux usines.


Alle inaugura en 2003 ses nouvelles installations du réseau d’eau et, en 2004, le Centre sportif régional.

 

Carte historique

 

Wikipédia

Le village d'Alle vu par Wikipédia